Archéo-Info
LE SECOND GUIDE D’ARCHÉO QUÉBEC
Francis Bellavance, samedi le 23 février 2019
En 2014, Archéo-Québec a publié un guide intitulé: d’escales en découvertes, l’archéologie raconte le Québec. Rédigé par Hélène Côté et Sophie Limoge, le document de 206 pages est un intéressant mélange...
COMMENT TRAVAILLER AVEC DES ARCHÉOLOGUES?
Francis Bellavance, jeudi le 31 janvier 2019
À mon avis, l’aspect le plus pratique du guide sur l’archéologie préventive publié par Archéo-Québec, est qu’il tend à répondre à la questionsuivante: comment travailler avec des archéologues? Le guide s’adresse...
Devenez Apprenti-Archéo

À PROPOS

Notre équipe est formée de consultants en archéologie  préhistorique et en historique, ainsi qu'un historien et une technicienne. Bien qu’ils aient chacun leurs points forts : dessin et cartographie par ordinateur, géomorphologie et géologie, gestion de projet et de budgets, recherches en archives et théories de la mémoire collective… tous sont passionnés par l’éducation, la diffusion et la transmission des savoirs en archéologie.

Administrateur : Francis Bellavance, archéologue préhistorique

Francis Bellavance détient un Baccalauréat (1994) et une Maîtrise (2007) de l’Université de Montréal en anthropologie. Au cours de ses études, il a orienté sa formation dans la sous-discipline de l’archéologie. Ses intérêts se sont rapidement tournés vers les Amérindiens du Québec, à l’époque de la préhistoire. Afin de bien comprendre le contexte géographique dans lequel évoluaient les gens du passé, il a aussi obtenu un certificat en Géographie physique de l’Université du Québec à Montréal (1997) et il a suivi plusieurs cours en géologie à l’Université de Montréal.

De 1993 à aujourd’hui, il a travaillé sur de nombreux sites archéologiques à travers le Québec : à Montréal, en Montérégie (Sites Droulers et Pointe-du-Buisson), dans les Laurentides, dans les Cantons-de-l’Est, en Haute-Mauricie, en Abitibi et sur la Côte-Nord. Il a aussi participé à des fouilles archéologiques à l’étranger, à titre de bénévole. Sa passion pour l’archéologie l’a mené dans l’état du Maine (fouille d’un poste de traite ayant appartenu au Baron de St-Castin) et en France (fouille d’un village Néolithique et de sépultures gauloises).

En 1999, il fonde Archéophone, une entreprise dont la mission est d’intégrer l’éducation du public à la recherche en archéologie. Il anime régulièrement des activités éducatives dans des écoles (primaires et secondaires), des municipalités et des parcs. De plus, chaque année, il accompagne des fouilleurs bénévoles, dans le cadre du mois de l’archéologie.

Josée Villeneuve, archéologue historique

Josée Villeneuve est diplômée en Études anciennes avec spécialisation en archéologie euroquébéoise (Université Laval, 1986). Sa pratique, depuis les 25 dernières années, s’est effectuée autant en archéologie préhistorique qu’historique dans plusieurs régions, sur le territoire du Québec. Elle possède également une expertise en gestion de projet et d’équipe de travail. Elle a participé à plusieurs études et travaux archéologiques pour des organismes gouvernementaux et des firmes privées en archéologie, ingénieries ou en environnement. Depuis 1995, elle est associée de Patrimoine Experts où elle est responsable des dossiers administratifs et des expertises à caractère historique.

Madame Villeneuve a agi à titre de coordonnatrice (responsable de projet) et/ou chargée de projet dans plusieurs dossiers de Patrimoine Experts. Ses responsabilités  comprenaient : le suivi du mandat; le respect des échéanciers; le contrôle de la qualité; les contacts avec le client; la supervision des membres de l’équipe; la détermination du potentiel archéologique euroquébécois (historique) au besoin; le suivi du budget; la rédaction en tout ou en partie de rapport.

Mathieu Lavigne, historien

Mathieu Lavigne est un historien habile dans la recherche et l’interprétation de documents d’archives. Les cartes, plans et photos anciennes qu’il arrive à dénicher sont d’une aide précieuse pour la recherche archéologique. Il est détenteur d’un Baccalauréat (2004) et d’une Maîtrise en histoire (2007), décernés par l’Université de Montréal. Ses compétences de chercheur ont été reconnues très tôt, comme le démontre les récompenses et mentions d’honneur reçue au cours de ses études : inscription au Palmarès du doyen, récipiendaire de la Bourse Madeleine St-Martin (2003-2004) et récipiendaire du prix des professeurs en histoire canadienne (2004-2005).

Cet intellectuel a un intérêt marqué pour les théories de l’identité sociale et de la mémoire collective. Intitulé L’idée de décolonisation québécoise. Le discours tiers-mondiste au Québec et sa quête identitaire (1963-1968), son mémoire lui a permis d’approfondir ses connaissances de l’identité et de l’imaginaire des Québécois. Très ouvert au Québec pluriculturel, il est un atout important lorsque vient le temps d’inscrire la recherche archéologique dans une démarche sociétale, afin d’accroître la fierté et le sentiment d’appartenance des citoyens.

Mathieu est également un communicateur efficace. Il présente régulièrement des ateliers sur la Nouvelle-France pour le compte d’Archéophone (depuis 2008) et on peut l'entendre sur les ondes de Radio VM (depuis 2009). Il a été un collaborateur régulier au magazine Présence (2009 à 2012), pour lequel il a produit plusieurs reportages, dossiers et articles.  Il a aussi publié dans Mens. Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française (2007, 2009 et 2011) et dans Le Devoir (2014). Il a de plus codirigé l'ouvrage Religion et laïcité. Pour un nécessaire dialogue (Fides, 2014).

Annie Forget, technicienne

Au cours de ses études au programme Archéologie (BACC) de l’université Laval (2003 à 2007), Annie Forget a approfondi ses compétences techniques à l’aide de différents cours et projets : cours de sol, chantier-école, fouille du Palais de l’Intendant, projet en restauration d’objets archéologiques. Suite à ses études, elle a pris part à des fouilles et des inventaires archéologiques professionnels. Elle partage son temps entre des projets menés par Patrimoine Experts et des projets pour le compte d’Archeologue.Quebec.

Elle est dotée d’un grand talent artistique, qu’elle approfondit depuis ses études collégiales. Suite à un premier diplôme d’études collégiales (1998 à 2000), elle a obtenu un second DEC au programme d’Arts plastiques du Cégep régional de Lanaudière (2000 à 2002). Ses aptitudes manuelles et artistiques sont régulièrement mises à contribution pour le traitement des artefacts, le remontage de pièces archéologiques, le dessin technique et la réalisation de plans par ordinateur (logiciel AutoCad).